Sardine

Clupéidé - Sardine Nom(s) courant(s) : Sardine, Sardine commune

Nom scientifique : Sardina pilchardus (Walbaum, 1792)

Noms étrangers : European pilchard (Anglais)

Description / aspect :
La sardine possède un corps allongé et comprimé latéralement. Les grandes écailles minces de la sardine recouvrent une autre couche d’écailles plus petites. Ces deux couches d’écailles sur le corps de la sardine forment deux ailettes en fin du pédoncule caudal. La sardine dispose de paupières adipeuses en avant et en arrière de l’oeil. Au niveau de la coloration, le dos est bleu partant parfois au vert et le ventre est blanc argenté. Les flancs sont argentés à reflets dorés et portent plusieurs taches noires caractéristiques de la sardine. L’opercule porte aussi une tache noire.

Mode de vie :
La sardine atteind sa maturité sexuelle à 2 ans, où elle mesure jusqu’à 17 cm chez les femelles. La reproduction a lieu en haute mer à différents moments selon les mers. Les alevins se rapprochent de la côte jusqu’au début de l’hiver. La sardine en général se tient au large en pleine eau entre 10 et 50 mètres de profondeur. Chaque banc se repère facilement au sondeur tellement ils sont compacts et denses !

Habitats : tout milieu, toute sédimentologie.

Répartition géographique : mer du Nord (rarement), Manche, Atlantique, Méditerranée

Répartition bathymétrique (profondeur) : 10 à 120 m

Taille légale de capture (minimum légal) : 11 cm
Taille de maturité sexuelle : 17 cm
Taille moyenne : 20 cm
Taille maximale : 28 cm (100 g)
Pêche aux leurres
Leurres adaptés :
Plumes (train de plumes ou mini larves n°6 à 12)
Les techniques : dandine

Pêcher (à) la sardine :
Les clupéidés (sardines et harengs) sont des poissons aussi réputés pour leur consommation que pour leurs qualités en tant qu’appâts. La sardine est un appât ultra polyvalent, apprécié de multiples carnassiers, qui s’utilise aussi bien entier que dans un broyeur à broumé pour rechercher la bonite (bonitou ou pélamide). Durant la pleine lune les sardines sont trahies la nuit par les reflets de leur robe brillante, pour le plaisir de leur prédation, dont le bar fait parti.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • Print
  • RSS
Cette entrée a été publiée dans 1) Poissons de nos mers, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>