Poulpe (dit pieuvre)

Poulpe ou pieuvreLe poulpe, ou pieuvre, n’est pas un poisson. C’est un céphalopode qui se prend à la ligne au même titre que les poissons, c’est pourquoi je le range ici dans la rubrique « poissons« .

Nom(s) courant(s) : Poulpe commun, pieuvre commune, poupre, porpu

Nom scientifique : Octopus vulgaris (Cuvier, 1797)

Noms étrangers : Octopus (Anglais)

Description / aspect :
Le poulpe est un mollusque de la classe des céphalopodes dont le corps se compose d’une grosse tête, portant deux yeux latéraux et cachant une bouche pourvue d’un bec à deux mandibules, semblables à celles d’un bec de perroquet. La pieuvre n’a pas de nageoire et rampe. Autour de la bouche sont attachés des tentacules porteurs de ventouses plus ou moins volumineuses. Les octopodes dont fait parti la pieuvre regroupent les céphalopodes ayant 8 tentacules, alors que les seiches et calamars font parti des décapodes (deca = 10) qui ont 10 tentacules et possédent une coquille interne sous la peau du dos. Le poulpe  juvénile commence à quelques centimètres et le poulpe adulte peut être très grand avec des bras atteignant jusqu’à 10 mètres.
Le corps du poulpe est en forme de bourse et est recouvert d’une peau qui peut changer brusquement de couleur sous l’action de son cerveau très évolué.

Mode de vie :
Les pieuvres sont carnivores et capturent leur proie (coquillages, poissons, crustacés) avec leurs deux plus longs tentacules. Ils la maintiennent avec les autres bras, et ils la déchiquettent avec leur bec corné. Entre la tête et le corps se trouve un organe tubulaire, le siphon, qui permet de propulser de l’eau et nager à reculons. Une glande secrète du noir permet du poulpe d’éjecter son encre pour troubler l’eau pour lui permettre de s’échapper face à un danger ou aveugler une proie afin de s’en saisir. En combinant cette action avec le changement de coloration de sa peau, la pieuvre est dotée d’une aptitude au mimétisme exceptionnelle.
Le poulpe vit souvent près du fond et aime se faufiler dans les sédiments côtiers : le creux des roches, les herbiers de posidonie voire sous les gravillons. Quand les poulpes sont sédentaires et restent à leur place toute l’année (minorité des cas), on peut facilement repérer leur présence par l’amas de coquilles vidées devant leur trou. Le poulpe est présent à la côte de mai à août et en général s’éloigne de la côte l’hiver descendant jusqu’à plus de 100 mètres de profondeur.
Dès le printemps les poulpes se rassemblent en bordure de côte pour frayer. La femelle pose jusqu’à 500000 oeufs sous une cavité rocheuse qu’elle protège jusqu’à l’éclosion.

Habitats : zones portuaires, quais, digues rocheuses, plateaux de roche, cavités rocheuses, épaves

Répartition géographique : mer du Nord (occasionnel), Manche, Atlantique, Méditerranée

Répartition bathymétrique (profondeur) : 0 à  200 m

Poids légale de capture (minimum légal) : 750 g (aucune en Méditerranée)
Poids de maturité sexuelle : 500 g
Taille / poids moyen : 40 à 60 cm (800 g à 1 kg)
Taille (hors tentacules) / poids maximum : 1,30 m (10 kg)
Pêche aux appâts naturels
Les appâts : coquillages (notamment couteau), crustacés (crabe franc, crabe dur, crevette), céphalopodes, poissons (chinchard, lançon, maquereau, sardine, tacaud / mort, lamelle)
Les techniques : au poser, à soutenir, en dérive au mort-manié
Pêche aux leurres
Leurres adaptés :
Leurres souples (shad, virgule, slug et finess shad)
Leurres métalliques (cuiller lourde, jig, tai jig, inchiku jig)
Les techniques : dandine, dérive (pêche à gratter), traine lente en profondeur (occasionnellement prise sans être recherchée)

Pêcher le poulpe (ou pieuvre) :
Le poulpe est une prise surprenante que l’on rencontre notamment en zone portuaire dans le Sud-Ouest et en Méditerranée de nuit. Les pêcheurs en rockfishing qui grattent le fond aux leurres à la recherche de petits carnassiers tombent parfois sur une pieuvre. J’ai déjà capturé en bateau des poulpes aux leurres souples (pêche à gratter) sur des fonds rocheux de la côte Basque. Pour rechercher spécifiquement le poulpe, un appât est cependant plus attractif, par exemple une sardine entière.

Be Sociable, Share!
Ce contenu a été publié dans 1) Poissons de nos mers, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Poulpe (dit pieuvre)

  1. Ping : Leurres à céphalopodes : turlutte | Pêche en Mer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *